Il était une fois un enfant qui avait les dents légèrement de travers. Pour qu'il ait le plus beau des sourires, sa mère l'emmena chez la plus perfectionniste des orthodontistes. Après l'avoir examiné, l’orthodontiste lui annonça qu'il devrait porter des bagues pendant trois ans, que c’était pour son bien et que cela passerait vite. Les trois années s'écoulèrent. Trois années sans sourire, trois années à souffrir.
Enfin, l’enfant qui avait maintenant les dents droites, se rendit avec joie chez l'orthodontiste, prêt à être libéré. Mais elle refusa de lui ôter l’appareil, considérant que ses dents n'étaient pas parfaitement alignées et donc que son travail n’était pas terminé. L’enfant prit son mal en patience et garda l’appareil encore deux années. Deux années douloureuses, deux années sans amoureuse. Les deux années écoulées, il retourna chez l'orthodontiste, les dents impeccablement droites et avec un sourire si parfait qu'il en était inquiétant. Une fois de plus, elle refusa de retirer l’appareil, car ses molaires, qu’elle seule pouvait voir, n'étaient pas parfaitement rangées. Fou de rage, l’enfant tira de toutes ses forces sur l’appareil dentaire qui s’arracha, et avec, toutes ses dents. La bouche en sang et sans aucune dent, il fit un grand sourire à l’orthodontiste avant d’être rapidement conduit à l’hôpital pour se faire poser un dentier. Voyant toutes ses années de travail anéanties en quelques secondes, l’orthodontiste fit une dépression et arrêta d'exercer. Cela, au plus grand bonheur de tous ses patients qui furent dirigés vers quelqu'un de beaucoup plus raisonnable. Fin